Légende
  • Halogènes
  • Métaux alcalino-terreux
  • Actinides
  • Gaz nobles
  • Métaux de transition
  • Autres
  • Métaux alcalins
  • Lanthanides
12
Mg
Magnésium
14
Si
Silicium
Produit minéral

Le talc est un phyllosilicate hydraté qui est souvent associé dans ses gisements à des minéraux aux propriétés similaires tels que les chlorites. Ces minéraux lamellaires sont hydrophobes, organophiles, inertes chimiquement et de très faible dureté, 1 dans l’échelle de Mohs pour le talc. Les conditions de formation du talc donnent des talcs de caractéristiques variables au niveau de leur composition, granulométrie, couleur, morphologie. Il est employé comme charge de papiers, de plastiques, de peintures, en cosmétique et pharmacie, dans l’industrie céramique et dans l’agroalimentaire.

Données industrielles

Le talc, phyllosilicate hydraté de formule Mg3Si4O10(OH)2, est souvent associé dans ses gisements à des minéraux aux propriétés similaires tels que les chlorites, famille de composés de formule (Fe,Mg,Al)6(SiAl)4O10(OH)8. Ces minéraux lamellaires sont hydrophobes, organophiles, inertes chimiquement et de très faible dureté, 1 dans l’échelle de Mohs pour le talc.

Les conditions de formation du talc donnent des talcs de caractéristiques variables au niveau de leur composition, granulométrie, couleur, morphologie.

Le talc, surtout connu pour son emploi sous forme de poudre fine est aussi une roche tendre, la stéatite, qui peut se travailler facilement et donner des sculptures par exemple au Gabon où la stéatite est appelée « pierre de M’bigou »

État naturel

Les gisements, métamorphiques, se sont formés par réactions hydrothermales entre des roches magnésiennes et des fluides siliceux ou entre des fluides magnésiens et des silicoaluminates à des températures comprises entre 350 et 400°C. Les talcs sont classés en fonction des roches dont ils dérivent :

  • Obtenus à partir de carbonates de magnésium (dolomites, magnésites), ils donnent des talcs purs et blancs et représentent environ 60 % de la production mondiale. La carrière de Yellowstone, dans le Montana, aux États-Unis, exploitée par Imerys est de ce type.
  • Obtenus à partir de serpentine de formule (Mg,Fe)3Si2O5(OH)4, roche déjà métamorphisé, ils donnent des stéatites, roches colorées constituées de talc et de diverses impuretés. Les stéatites sont purifiées par flottation et représentent environ 20 % de la production mondiale. La carrière de Argonaut, dans le Vermont, aux États-Unis, exploitée par Imerys, est de ce type.
  • Obtenus à partir de silicoaluminates, ils donnent des talcs bruts de couleur grise liée à la présence de chlorite et ils représentent environ 10 % de la production mondiale. Le gisement français de Trimouns, dans l’Ariège, est de ce type.
  • Les talcs obtenus à partir de dépôts sédimentaires de carbonates de magnésium sont de faible pureté et sont actuellement peu exploités. La présence comme impureté de graphite donne des talcs gris ou noirs.

Les gisements sont exploités le plus souvent à ciel ouvert, avec environ 250 exploitations dans le monde dont environ 20 en Europe.

Le minerai après extraction est séché, broyé, puis éventuellement purifié, en général par flottation.

Conditionnement : le talc est livré en poudre, sous forme de granulés après compactage ou sous forme de suspensions aqueuses dans des citernes. Il peut aussi subir des traitements de surface, par le silane ou des amines, en vue de diverses applications.

Productions

Productions de talc et de pyrophyllite

En 2020, en milliers de t, sur un total mondial de 5,8 millions de t (source : USGS)

La production de l’Union européenne (France, Finlande, Italie, Autriche) est, en 2016  : 1,090 million de t.

Pour le Japon et la Corée du Sud, la production est principalement de la pyrophyllite.

En Chine, la production provient des provinces de Liaoning, Shandong et Guangxi.

En Inde, la production provient principalement du Rajasthan, le principal producteur étant Golcha Minerals avec les exploitations minières suivantes : Jaipur Mineral Development à Dagota, Udaipur Mineral Development à Ghewaria, avec une capacité de production de 500 000 t/an et Golcha à Chainpura avec 300 000  t/an.

Aux États-Unis, en 2015, les 5 principales carrières sont exploitées, à ciel ouvert, par Natural Minerals, à Van Horn, au Texas, avec une capacité de production de 200 000 t/an, Specialty Minerals, filiale du groupe Minerals Technologie, avec 2 mines, à Barrets, dans le Montana, avec une capacité de production de 200 000 t/an et Imerys Talc America, à Yellowstone, dans le Montana et Argonaut, dans le Vermont. Avec la carrière canadienne, la capacité totale de production de Imerys Talc America est de 400 000 t/an.

Commerce international : en 2020, pour le talc et la stéatite naturelle.

Principaux pays exportateurs sur un total mondial de 3,258 millions de t, en 2019.

en milliers de t
Chine 580 Pays Bas 179
Pakistan 321 Autriche 139
France 257 Australie 110
Inde 243 Afghanistan 93
États-Unis 191 Belgique 88

Source : ITC

Les exportations chinoises sont destinés à 20 % au Japon, 17 % à la Corée du Sud, 14 % à l’Indonésie, 12 % à la Thaïlande.

Le Pakistan exporte une partie de la production afghane.

Principaux pays importateurs.

en milliers de t
Allemagne 282 Thaïlande 121
Pays Bas 213 Belgique 113
Japon 183 Indonésie 100
États-Unis 183 Pakistan 99
Corée du Sud 174 Autriche 91

Source : ITC

Les importations allemandes proviennent à 23 % d’Autriche, 22 % d’Italie, 20 % de France, 20 % des Pays Bas.

Réserves de talc

En 2020, en millions de t, pour quelques pays (source : USGS)

Elles sont par ailleurs très importantes pour de nombreux autres pays comme la France et la Finlande.

Principaux producteurs :

  • Imerys Talc : société française est le n°1 mondial. Elle exploite 9 carrières et 14 usines de traitement, avec une capacité de production de 1,4 million de t/an. Les carrières sont situées aux États-Unis, à Yellowstone, dans le Montana, plus grande carrière d’Amérique, et Argonaut, dans le Vermont, au Canada, à Penhorwood, dans l’Ontario, en Australie de l’Ouest, à Three Springs, en France, à Trimouns, dans l’Ariège, carrière la plus importante au monde, en Autriche, à Kleinfeistritz, avec une exploitation souterraine de 15 000 t/an et Rabenwald, avec une exploitation à ciel ouvert de 100 000 t/an, en Italie, à Rodoretto et en Espagne, avec la carrière de Tres Amigos située à Mijas-Costa, dans la province de Malaga. Les réserves sont, fin 2019, de 18,4 millions de t, hors Amériques. En 2020, les filiales américaines, aux États-Unis et au Canada, ont été déclarées en faillite et placées sous protection judiciaire avant d’être vendues.
  • Mondo Minerals, n°2 mondial, société acquise fin 2018, par le groupe britannique Elementis, avec une capacité de production de 780 000 t/an, exploite deux gisements en Finlande, à Sotkamo et Vuomos.
  • Amin Karimzi, société afghane, possède une capacité de production de 400 000 t/an dans le district de Khogiani.
  • Beihai Industrial, société chinoise, possède une capacité de production de 500 000 t/an dans la province de Liaoning.
  • IMI Fabi, société italienne, possède, avec 8 carrières, une capacité de production de 350 000 t/an, avec des carrières en Italie, à Valmalenco, au nord de Sordio et à Sa Matta et Su Venosa, en Sardaigne, en Australie de l’Ouest, au Mont Seabrook, au nord de Perth, au Brésil à Brumado dans l’État de Bahia.
  • Nippon Talc produit du talc au Japon, à Osaka avec 15 000 t/an, Katsuta avec 30 000 t/an et Tomakomai avec 17 000 t/an ainsi qu’au travers de joint ventures en Chine à Dandong, dans la province de Liaoning avec 50 000 t/an et au Pakistan à Karachi avec 30 000 t/an.

Situation française

En 2020.

Production :

La carrière de Trimouns, dans l’Ariège, plus grande carrière de talc au monde, située à 1700 m d’altitude, exploite à ciel ouvert un gisement de talc-chlorite. Le gisement s’étend sur 2 km avec une épaisseur de 15 à 45 m.

Coupe synthétique du gisement
(nous remercions Imerys Talc de nous avoir permis de reproduire ce document).

L’exploitation a lieu, par gradins de 5 m, lorsque les conditions climatiques sont favorables, pendant 6 mois de l’année de mai à novembre. Le taux de découverture est de 12 t pour 1 t de minerai. Une première sélection, par extraction sélective et tri optique, au niveau de la carrière, permet de séparer 12 qualités de minerai et en particulier de sélectionner le minerai blanc. Le minerai est acheminé sur 5 km par un téléphérique, avec 180 t/heure, jusqu’à l’usine de broyage de Luzenac. Après un séchage permettant de réduire l’humidité de 5 à 1 %, des broyages pendulaires, à impact et par micronisateurs donnent respectivement des particules de 50 µm, 10 à 40 µm et 3 à 10 µm avec 50 qualités différentes de talcs. La capacité de production est de 380 000 t/an. Exploitée artisanalement au XIXème siècle pour approvisionner les pharmacies toulousaines, la société du Talc de Luzenac a été créé en 1905 pour débuter une exploitation industrielle. Devenue en 1988 filiale de Rio Tinto, elle a été acquise par Imerys en 2011. Depuis l’origine de l’exploitation, la production a été de 20 millions de t commercialisables, les réserves actuelles étant de 10 millions de t.

Commerce extérieur :

Les exportations étaient de 33 442 t avec comme principaux marchés à :

  • 38 % l’Autriche,
  • 21 % l’Italie,
  • 19 % l’Espagne,
  • 9 % le Portugal.

Les importations s’élevaient à 420 t en provenance principalement à :

  • 46 % de Finlande,
  • 19 % de Chine,
  • 14 % d’Allemagne,
  • 13 % d’Italie.

Utilisations

Consommations :

En 2014, la consommation de la Chine a été de 1,3 million de t, celle de l’Inde de 800 000 t, en 2018, celle des États-Unis a été de 610 000 t.

Secteurs d’utilisation du talc

En 2018, dans le monde (source : Mordor Intelligence)

Aux États-Unis, en 2020, la principale utilisation concerne la fabrication de céramiques, en particulier pour pots catalytiques, avec 22 % des utilisations, suivi par les peintures, 19 %, les papiers, 17 %, les plastiques, 11 %, les caoutchoucs, 4 %, les toitures, 3 %, les cosmétiques, 2 %.

  • Comme charge du papier, le talc est concurrencé par le carbonate de calcium naturel et le carbonate de calcium précipité.
  • Un véhicule automobile renferme de 10 à 20 kg de talc, principalement dans les matières plastiques des pare-chocs et du tableau de bord.
  • Dans l’industrie céramique, le talc est employé dans les pots catalytiques pour automobiles et les filtres à particules pour moteur diesel, les carreaux de revêtement de sols et de murs, les sanitaires. Il améliore les propriétés mécaniques et optiques des matériaux tout en réduisant les températures de fabrication.
  • Dans les industries agroalimentaires il est utilisé comme anti-agglomérant, comme revêtement de surface pour la protection des fruits, dans la production d’huile d’olive afin d’augmenter le rendement d’extraction, comme charge des chewing-gum.
  • Utilisé comme charge des savons et des mousses afin d’augmenter leur douceur.

Bibliographie