Légende
  • Halogènes
  • Métaux alcalino-terreux
  • Actinides
  • Gaz nobles
  • Métaux de transition
  • Autres
  • Métaux alcalins
  • Lanthanides
6
C
Carbone
17
Cl
Chlore
Produit organique

Données physico-chimiques

Données atomiques

Formule Géométrie : tétraédrique Nom UICPA Masse molaire
CCl4 Tétrachlorométhane 153,82 g.mol-1

Données physiques

Masse volumique Température de fusion Température d’ébullition Température critique Pression critique Température d’auto-inflammation Solubilité dans l’eau
liquide, 0°C, 101,3 kPa : 1,594 g.cm-3 -23°C 76,7°C 283,25°C  4 560 kPa 982°C à 20°C :  800 mg/L

Données de prévention des risques

Valeur limite d’exposition Valeur moyenne d’exposition
ppm mg/m3 ppm mg/m3
10 60 2 12

Données industrielles

Voir également le produit solvants chlorés.

Fabrication industrielle

Voir le produit solvants chlorés.

Productions

La production mondiale de tétrachlorure de carbone est, en 2014, de 202 700 t, à 39 % en Chine, 28 % aux États-Unis, 16 % dans l’Union européenne, 9 % en Inde, 5 % au Japon, 2 % en Corée du Sud. 163 700 t sont produites par chloration du méthane ou du chlorure de méthyle dans 35 usines dans le monde, 39 000 t sont coproduites lors de l’obtention du perchloréthylène dans 5 usines, 2 aux États-Unis et 3 dans l’Union européenne.

Dans l’Union européenne, en 2020, la production de tétrachlorure de carbone est de 27 072 t.

Commerce international : en 2020. Il obligatoirement faible car interdit par le Protocole de Montréal sauf, par dérogation, aux fins d’utilisations essentielles.

Principaux pays exportateurs sur un total de 10 340 t.

en tonnes
Allemagne 7 371 États-Unis 286
Chine 2 675 Pologne 7

Source ITC

Les exportations allemandes sont destinées à 47 % aux États-Unis, 37 % à la France, 9 % au Royaume Uni.

Principaux pays importateurs sur un total de 19 629 t.

en tonnes
États-Unis 13 808 Inde 2 700
France 2 808 Japon 79

Source : ITC

Les importations des États-Unis proviennent à 86 % de France, 14 % d’Allemagne.

Principaux producteurs : voir le produit solvants chlorés.

Situation française

Production, en 2019 : confidentielle.

Producteurs :

  • KemOne produit l’ensemble des chlorométhanes à Lavéra (13), avec une capacité de production de 130 000 t/an.

Commerce extérieur : en 2020.

  • Exportations : pas de flux significatif.
  • Importations : 2 808 t des Pays Bas à 99,7 %.

Utilisations

Consommations : répartition de la consommation, en 2018.

États-Unis 47 % Sous continent indien 13 %
Asie du Nord-Est 29 % Europe de l’Ouest 12 %

Source : IHS Markit

En 2015, la consommation des États-Unis est de 65 000 t.

Secteurs d’utilisation : répartition des utilisations, en 2014.

Obtention du perchloréthylène 32 % Obtention du chlorure de méthyle 13 %
Obtention de HFC 28 % Obtention du tétrachlorobutyronitrile 11 %

Sources : Nolan Sherry & Associate et EMPA, SPARC Workshop, octobre 2015

Un partie de la production, 14 %, ne trouvant pas d’emploi, est incinérée.

  • Intermédiaire de synthèse du 1,1,1,3,3,-pentafluoropropane (HFC-245fa) agent d’expansion de mousses, du 1,1,1,3,3-pentafluorobutane (HFC-365mfc) agent d’expansion de mousses et solvant, ainsi que du 2,3,3,3-tétrafluoropropène (HFO-1234yf) utilisé comme réfrigérant.
  • Le tétrachlorobutyronitrile est employé pour fabriquer des pyréthrinoïdes utilisés comme insecticides.

Recyclage et élimination

Voir le produit solvants chlorés.

Toxicité et protection de l’environnement

Protection de l’environnement : le tétrachlorure de carbone qui a un temps de vie dans l’atmosphère compris entre 36 et 58 ans et un potentiel d’appauvrissement de la couche d’ozone de 1,1, est concerné par le Protocole de Montréal destiné à préserver la couche d’ozone. Dans les pays développés il est interdit à la production et aux importations depuis le 1er janvier 1996 et pour les pays en développement, depuis le 1er janvier 2010. Toutefois des dérogations sont possibles aux fins d’utilisations essentielles.

En 2012, le tétrachlorure de carbone représente 12 % du chlore et du brome inorganiques participant à l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Toxicité : absorbé par voies respiratoire, digestive ou par une peau lésée, il forme des métabolites toxiques au niveau hépatique.

En cas d’ingestion, les premiers signes de l’intoxication sont digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales). Ils s’accompagnent ensuite d’une atteinte neurologique centrale (céphalées, sensations de vertige, somnolence, puis coma) ; les atteintes hépatique et rénale, qui font la gravité de l’intoxication, apparaissent 24 à 48 heures après la prise. La survenue d’un œdème aigu du poumon est fréquente.

Les phrases de danger suivantes sont associées au tétrachlorure de carbone :

H351 – Susceptible de provoquer le cancer,
H331 – Toxique par inhalation,
H311 – Toxique par contact cutané,
H301 – Toxique en cas d’ingestion,
H372 – Risque avéré d’effets graves pour les organes à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée,
H412 – Nocif pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme,
H420 – Nuit à la santé publique et à l’environnement en détruisant l’ozone dans la haute atmosphère.

Bibliographie